AL HAOUZ

La province d’Al Haouz, créée en 1991 par Décret n°2-91-90 du 25/09/1991, relève de la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz.

Le Développement Humain Durable (DHD) est devenu le concept de référence des nouvelles approches de développement. L'homme y est au centre de toute stratégie de développement, en le considérant à la fois comme le principal pilier de la mise en œuvre et comme la finalité ultime. Dans cette logique, l'objectif des stratégies de développement est de concilier, l'impératif de la performance économique et la nécessité de l'équité sociale, dans une vision dynamique répondant aux besoins du court terme, tout en maintenant/renforçant les potentialités sur le long terme,
Dans le contexte actuel de mondialisation et d'interdépendance croissante, l'approche en termes de Développement Humain Durable paraît transversale. Elle est autant nécessaire et pertinente au niveau le plus global de notre grand village planétaire qu'au niveau de la plus petite communauté. Elle est nécessaire et pertinente, aussi bien pour les pays les plus riches que pour les pays les plus pauvres.

La mise en œuvre de cette nouvelle approche nécessite la remise en cause des anciennes perceptions du développement. La pertinence de l'action publique ne se mesure pas uniquement par l'ampleur des moyens mobilisés, mais également et surtout par la qualité de la démarche adoptée. Celle-ci devrait être participative et multidisciplinaire pour pouvoir faire le diagnostic le plus objectif possible de la situation actuelle et dégager les axes prioritaires d'action pour l'avenir.
La nouvelle stratégie de développement voulue par Sa Majesté le Roi s'inscrit parfaitement dans ce cadre. Les grands projets structurants et les politiques sectorielles rénovées répondent à l'impératif d'assurer une croissance économique forte, condition nécessaire pour créer une dynamique de développement. De son côté, la nouvelle politique sociale, visant à combler les déficits sociaux et à prendre en compte les nouvelles dimensions de la vulnérabilité sociale, cherche à mettre en œuvre l'objectif de l'équité sociale. La nouvelle approche de l'autorité, prônée par Sa Majesté le Roi, apporte le volontarisme politique nécessaire, et complète cette vision intégrée du développement en cherchant à créer le cadre de gouvernance propice à la réalisation des objectifs économiques et sociaux.
Le rapport du cinquantenaire, le Maroc Possible, réalisé à l'initiative de Sa Majesté le Roi, fournit les éléments de diagnostic et de prospective permettant de placer cette vision intégrée de développement dans son cadre contextuel.

Partant du postulat fondamental que la réussite de cette nouvelle stratégie nationale de développement est tributaire du degré de son appropriation par les différentes entités infranationales (région, province, commune), la province d'Al Haouz a pris l'initiative de s'inscrire, de façon très volontariste, dans la mouvance de cette dynamique nationale. Cette volonté d'adhésion s'est matérialisée par le lancement du projet d'élaboration des plans communaux et du plan provincial intégré de développement, dans le cadre d'un partenariat tripartite entre la province d'Al Haouz, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP). Ce projet vise à mettre en pratique, au niveau provincial et communal, les trois piliers de l'approche Développement Humain Durable (DHD), à savoir, la recherche de la croissance économique, la réalisation de l'équité sociale et la mise en place de nouvelles pratiques de gouvernance participative.
Le présent document, qui se veut être une monographie prospective de la province, constitue l’un des principaux produits de ce projet. Son objectif est double. Il s'agit d'une part, d'établir un diagnostic de la situation actuelle qui soit le plus objectif et le plus complet possible et, d'autre part, de tracer les contours d'une vision de l'avenir le plus souhaitable pour la province, et réalisable.

Sur le plan méthodologique, cette monographie prospective a été conçue et réalisée en ayant comme toile de fonds le pari du DHD. Le processus de son élaboration s'est basé sur une approche participative et multidisciplinaire. Elle est le résultat, d'une part, d'une importante opération de collecte de données et, d'autre part, d'un vaste échange participatif entre les différents acteurs (autorités territoriales, conseils communaux, parlementaires, services extérieurs, société civile et experts).

S'inspirant de la démarche adoptée dans le rapport du Cinquantenaire (le Maroc Possible), cette monographie prospective de la province d'Al Haouz considère le potentiel humain comme le pivot central de sa grille de lecture. Cette dernière consiste notamment à analyser les différents aspects qui influent sur la qualité de mobilisation de ce potentiel humain.

Adoptant une approche systémique, cette grille de lecture traite la question du développement humain suivant : (i) la structure du potentiel, (ii) le cadre naturel dans lequel il évolue, (iii) le cadre de gouvernance qui détermine les modalités de sa mobilisation, (iv) les conditions nécessaires pour sa mobilisation, à savoir, l’accès aux services de base et aux services socio collectifs, et enfin, (v) sa mobilisation effective pour les activités créatrices de richesses et de revenus. Le contenu de cette monographie prospective est décliné en 8 chapitres :

  • Potentiel humain : population et mutations sociales.
  • Potentiel naturel et culturel.
  • Cadre institutionnel et gouvernance.
  • Urbanisme et aménagement du territoire.
  • Equipement en infrastructures de base.
  • Accès aux services sociaux de base.
  • Activités économiques et emplois.
  • Défis et potentialités pour le DHD : l’avenir en confiance.

Par ailleurs, cette monographie prospective se veut, d'une part, un instrument de plaidoyer auprès des différents acteurs pour consolider et renforcer la position de la Province d'Al Haouz sur le sentier du DHD et, d'autre part, un outil de travail pour les acteurs locaux.

Pour garder sa pertinence par rapport à ces deux objectifs, elle doit être constamment soumise à une mise à jour.

ETENDUE ET RELIEF

D'une superficie totale de 6.212 km², soit 20% de la superficie de la région, le territoire de la province est constitué d'une plaine qui porte le même nom (Al Haouz), et de plusieurs chaînes de montagnes dont l'altitude varie entre 1.000 m et 4.165 m (Mont Toubkal - Haut Atlas).

POPULATION

Selon les données du RGPH 2004, le territoire de la province d’Al Haouz regroupe 484.312 habitants, soit 15.7 % de la population de la région. Les habitants de la province sont répartis, pour 36% en milieu urbain et pour 64% en milieu rural.

DÉCOUPAGE ADMINISTRATIF

La province d’Al Haouz compte 4 cercles et un Pachalik (Ait Ourir), 14 caidats, 1 municipalité (Ait Ourir) et 38 communes rurales.

  • Nord : Préf.Marrakech et Prov.d’El Kelâa des sraghnas.
  • Sud : Prov.Taroudant et Ouarzazate
  • Est : Prov.Azilal.
  • Ouest : Prov.Chichaoua.

CLIMAT

Les différences des conditions climatiques au sein du territoire provincial soulignent les contrastes entre les reliefs et les géomorphologies présentes. De manière générale, on distingue deux zones climatiques bien contrastées :

La zone de plaine qui fait partie de la zone climatique continentale semi-aride avec une pluviométrie (250 mm en moyenne annuelle) et hygrométrie faibles. La distribution spatiale des pluies traduit l’influence de l’altitude imposée par le Haut Atlas avec 250 mm à Marrakech et 490 mm à Amizmiz.

Les températures sont élevées avec des amplitudes thermiques journalières et annuelles très élevées (les données les plus complètes sont celles de Marrakech, avec des températures maximales moyennes mensuelles de 18 et 38°C respectivement en janvier et juillet, minimales de 5 et 19 °C). L’évaporation en plaine est estimée à 2500 mm/an

La zone du Haut Atlas où la distribution spatiale des conditions climatiques reflète les effets de l’altitude. Si la zone pré-atlasique connaît des conditions relativement sèches, la moyenne montagne est mieux arrosée et d’un climat plus tempéré. La haute montagne est aride, avec des températures négatives, et ce, sur huit à neuf mois de l’année, maintenant un manteau neigeux sur les plus hauts sommets, de décembre à mai. Sur ces reliefs, la pluviométrie atteint 800 mm/an. L’évaporation est estimée à 1 800 mm/an.

Sur le plan de la variabilité temporelle, la répartition mensuelle des précipitations sur la Province montre l’existence de deux périodes caractéristiques :

  • Une saison humide allant du mois d’octobre à avril, où interviennent la quasi-totalité des épisodes pluvieux, soit près de 80 à 90% de la pluviométrie annuelle
  • Une saison sèche allant de mai à septembre avec seulement 10 à 20 % de la pluviométrie annuelle.
HAUT