HISTOIRE DE LA CITÉ

Son histoire remonte au VIIe siècle av. J.C. : l’archipel est découvert par les Phéniciens qui y faisaient escale alors qu’ils descendaient vers le Cap Vert et l’Equateur. En 146 av. JC.C., les Romains conquièrent l’île et en font un état vassal dirigé par le roi de Mauritanie Juba II. Le souverain, illustre bâtisseur de Volubilis, y installa plus tard une fabrique de pourpre, couleur très recherchée par les Romains, qui fera la renommée des « îles purpuraires » jusqu’à la fin de l’empire romain.
Au Moyen-Age, les Portugais établissent un important comptoir commercial et baptisent la ville Mogador. On y échange des produits manufacturés en Europe contre de l’or, du sel, du sucre, et…des plumes d’autruches. En 1541, les Saâdiens en prennent à leur tour le contrôle avant de la laisser aux mains des Alaouites. La cité prend le nom d’Essaouira, avec l’édification de la nouvelle ville par le sultan Mohammed Ibn Abdallah en 1765, dont il confia le tracé à Théodre Cornut, élève du célèbre architecte Vauban. Il est noté qu’Essaouira est la seule ville du Maroc dont les plans ont été pensés avant sa construction, d’où un agencement de rues autour de deux principales perpendiculaires. Elle connait alors une grande période de prospérité et reste un haut lieu de commerce avec l’étranger jusqu’au début du XXe siècle.
Aujourd’hui, Essaouira est un havre de paix qui inspire les artistes venues des quatre coins du monde. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2001, sa médina traverse les époques et semble protégée des affres du temps. Derrières les remparts, se cache une cité lumineuse avec ses venelles enchevêtrées, ses petites places et ses maisons blanchies à la chaux.

HAUT